Le Pays de Saint-Mihiel

Au départ nommée Saint-Michel, cette ville au cœur de la Meuse détient un passé historique important. Vous pourrez y visiter le Musée d’Art Sacré qui a pour vocation la mise en valeur du patrimoine départemental, à travers les dépôts des communes et du département : pièces d’orfèvrerie mais aussi sculptures, objets de dévotion populaire (crèche, cires habillées, reliquaires). Vous marcherez sur les traces de Ligier Richier, artiste majeur de la Renaissance Lorraine, né vers 1500. Son école de sculpture a laissé de nombreuses œuvres dans la région perpétuant ainsi le savoir-faire des « Maîtres Imagiers ». Comme beaucoup de villes meusiennes, Saint-Mihiel tient une place importante durant la Première Guerre mondiale, après le déplacement stratégique du 8ème CA français de la région de Saint-Mihiel vers Sainte Menehould, le 24 septembre 1914, le 3ème CA bavarois installe sa tête de pont à Chauvoncourt, le Fort du Camp des Romains tombe le 25 septembre. Pendant quatre ans, des combats d’une rare violence se dérouleront dans le secteur. En 1915, le Bois d’Ailly et le Bois Brûlé détenaient, entre tous les secteurs du front, le sinistre record du nombre de morts à la surface. Les Combattants Allemands parlaient de « L’Enfer du Bois d’Ailly ». Le 13 septembre 1918, la région de Saint-Mihiel retrouve enfin la liberté après l’attaquer victorieuse des Forces Franco-Américaines, commandées par le Général Pershing. Venez visiter également la fondation de l’Abbaye Saint-Michel de Saint-Mihiel qui remonte à l’époque carolingienne. Les premiers livres – manuscrits – furent rassemblés, dès cette époque, dans les dépendances de l’église. Au long des siècles, leur nombre s’accrut, particulièrement avec l’invention de l’imprimerie au 15ème siècle. Après avoir été déplacé plusieurs fois, le fonds fut installé magnifiquement vers 1775 dans les salles spécialement aménagées à cet usage.